fbpx
Home haute performance LES SYSTÈMES COMPLEXES : ETUDE DE CAS DE PEP GUARDIOLA

LES SYSTÈMES COMPLEXES : ETUDE DE CAS DE PEP GUARDIOLA

Cet article a été écrit il y a deux ans par Brett Uttley, ancien étudiant MBP et actuel coach du personnel technique à l’Inter Miami.

Merci de profiter de cette incroyable analyse complète ! Nous vous encourageons également à vous enregistrer pour notre prochain Webinar gratuit, avec Brett comme invité spécial, mercredi 10 février 2021 (en anglais uniquement) :

Brett Uttley a récemment écrit un article « A Deeper Look into Tactical Periodization » (Pour le lire http://www.togsoccer.com/single-post/2016/02/05/A-Deeper- Look-into-Tactical-Periodization). Avec l’actuel engouement médiatique autour du travail de Pep Guardiola à Manchester City, Brett développe, ici, ses observations issues de l’article précédent.

 « Dans le cadre de la méthodologie d’entraînement structurel et de périodisation tactique, une équipe de football est conçue comme un système complexe où un groupe de joueurs interagit les uns avec les autres pour atteindre un objectif commun (une certaine façon de jouer dont le but est de gagner) (Tamarit, 2014). Fait intéressant, les quatre principes d’Edgar Morin qui guident le paradigme de la pensée complexe sont les suivants (Mallo, 2015) :

  • Incertitude : le comportement d’un système complexe (équipe) ne peut être prédit sur le long terme.
  • Intégralité : le tout (équipe) est supérieur à la somme de ses parties (joueurs).
  • Interdépendance : il y a une interaction entre tous les éléments (joueurs, entraîneurs, staff, etc.).
  • Émergence spontanée : l’interaction des éléments crée une nouvelle intégralité (style de jeu, modèle de jeu), qui est différent de la somme de ses parties. (J’entrerai dans les détails de ce principe).

De cette perspective, la complexité n’existe que si l’ordre et le désordre sont présents à la fois, car une structure complexe résulte d’un manque d’équilibre (Prigogine, dans Martin Acero & Lago, 2005 à Mallo, 2015). Plus précisément, un système complexe (équipe) est en permanence dans un état dynamique qui oscille entre des phases d’ordre et de désordre (théorie du chaos) (Mallo, 2015). Cette notion suggère qu’un système complexe (équipe) a la capacité d’apprendre, puis par la suite de s’auto-organiser, pour assurer des fluctuations appropriées entre les deux états. En gardant cela à l’esprit, le « modèle de jeu » de l’entraîneur, et par la suite ses principes, sous-principes et sous-sous-principes, sont chargés de guider le processus d’auto-organisation de l’équipe.

Au premier plan de chaque équipe (système complexe) se trouve l’entraîneur principal avec une idée claire de la manière dans le football doit être joué. Tamarit (2014) a soutenu cette idée en déclarant :
« L’entraîneur doit avoir une idée claire du jeu (culture tactique, manière de voir et de comprendre le football). Cette idée doit être singulière, spécifique et sera déterminée par sa propre histoire dans le football et par le type de football qu’il a vu et aimé. »

Après des années d’étude sur le travail de Guardiola, il est clair que son
« modèle de jeu » tourne autour de la possession du ballon et de presser haut afin de créer un ordre au sein de son équipe, tout en provoquant une désorganisation chez l’adversaire. L’idée est que le « modèle de jeu » d’un entraîneur soit son essence. Toutefois, il doit être modelé en fonction de la culture footballistique du club et du pays, ainsi que des capacités des joueurs pour n’en citer que quelques-uns. Quand on décrit le style de jeu de Guardiola, l’entraîneur catalan dit : « Déplacez l’adversaire, pas le ballon. Inviter l’adversaire à presser. Vous avez le ballon d’un côté pour finir de l’autre. », et « la possession du ballon n’est qu’un outil pour vous organiser et provoquer une désorganisation chez l’adversaire ». Fait intéressant et peut-être surprenant, il a également déclaré : « l’organisation défensive est la pierre angulaire de tout ce que je veux accomplir dans mon football ».

Il est clair que chaque équipe ayant été sous sa direction a adopté la philosophie énoncée précédemment. Cependant, de légers ajustements ont été apportés à chaque fois afin de répondre aux attentes footballistiques des clubs. Par exemple, son FC Barcelone utilisait un style de jeu élaboré qui était plus horizontal par rapport à la verticalité de son Bayern de Munich. En ce moment, il semble que Manchester City adopte un style de jeu hybride des deux.

Afin d’appliquer au mieux les concepts d’une pensée complexe et l’implémentation d’un « modèle de jeu », je vais expliquer trois situations de jeu (une par club – Barça, Bayern, City) qui se produisent au même moment du match. J’ai posté deux photos par situation et par club. Fait intéressant, l’exécution et le résultat final sont pratiquement les mêmes dans chaque cas.

Pour commencer, le système doit interpréter la situation de jeu de la même manière, comme les principes de jeu qui fournissent le groupe avec une structure organisationnelle. Tamarit (2014) a dit : « Le modèle de jeu doit être clairement détaillé et expliqué aux joueurs afin qu’ils soient en mesure de comprendre ce que l’entraîneur veut à chaque instant du jeu et ce qu’il doit faire pour atteindre la qualité de l’organisation attendue ».

Avec cela en tête, les principes de Guardiola pour une transition de la phase offensive à la phase défensive pourraient consister à :

  • 1er principe : lorsque le ballon est perdu, une pression immédiate doit être exercée sur l’adversaire, pendant que les autres cherchent à se positionner pour le couvrir.
  • Sous-principe dans la zone des 16 mètres adverse : lorsque le ballon est perdu, les deux joueurs les plus proches doivent rapidement mettre une pression sur le porteur et se couvrir, dans un effort de forcer les balles longues ou récupérer le deuxième ballon.
  • Sous-principe dans la zone centrale : le joueur le plus proche du ballon va presser afin de permettre à ses coéquipiers de retrouver un équilibre dans leur positionnement.
  • Sous-principe dans la zone défensive : le joueur le plus proche du ballon va presser pendant que l’équipe établit une zone de défense.
  • Sous-sous-principe : fondement de la ligne défensive – défendre en dehors de la surface de réparation.

Avec ces principes de jeu en tête, examinons trois exemples de transition défensive des équipes de Pep Guardiola.

Transition du FC Barcelone de l’attaque à la défense :

Du début de la transition à la fin, vous noterez que le FC Barcelone avait une ligne défensive composée d’Abidal, Piqué et Puyol lors de la phase offensive (en raison du positionnement d’Alves en milieu de terrain dans ce jeu, afin d’appliquer un pressing piège sur CR7 avec Puyol). Cependant, à la fin, l’équipe effectue une transition et s’auto- organise une ligne défensive de (droite à gauche) Abidal, Busquets, Piqué et Puyol. Dans ce match, Busquets s’est vu confier la responsabilité de fournir un équilibre dans la ligne défensive pendant les transitions en raison de la structure asymétrique du FCB.

Transition du Bayern de Munich de l’attaque à la défense :

Dans cette séquence, le Bayern exécute une attaque sur le côté gauche de Wolfsburg, se terminant directement par Bernat (LB) à la recherche du centre dans les 16 mètres. Tout comme Busquets, Xabi Alonso s’est également vu confier la responsabilité de retrouver l’équilibre de la ligne défensive en se positionnant comme un défenseur central lors des transitions défensives. Pour finir, le Bayern s’est auto-organisé pour défendre la contre- attaque de Wolfsburg avec une ligne défensive de (droite à gauche) Boateng (CB droite dans ce match), Alaba (CB gauche dans ce match), Xabi Alonso (DCM dans ce match) et Lahm (RB dans ce match).

Transition de Manchester City de l’attaque à la défense :

Dans cet exemple, Manchester City perd la possession lorsque John Stones (CB) et Kolarov (LB) se sont positionnés comme milieux de terrain pour provoquer une désorganisation dans la structure de l’adversaire. Plus encore, seuls Otamendi (CB) et Fernandinho (DCM) étaient positionnés sur la ligne défensive. Toutefois, pour finir, Manchester City s’est auto-organisé pour créer une ligne défensive de (droite à gauche) Kolarov (LB), Fernandinho (DCM), Otamendi (RCB) et Zabaleta (RB).

En raison du principe de système complexe « d’émergence spontanée », chaque système a démontré une organisation différente des joueurs en possession de balle. L’idée est qu’en raison de la qualité des joueurs à la disposition de l’entraîneur, des stratégies organisationnelles émergent spontanément dans le flux de leur « modèle de jeu ». Par exemple, lorsque Barcelone a perdu la possession du ballon, ils jouaient avec une ligne arrière de trois joueurs (on pourrait dire que c’était une ligne défensive d’un joueur). À l’inverse, Manchester City avait une ligne défensive de deux joueurs. Dans le fond, même si l’équipe « semblait » désorganisée, le système était « au bord du chaos » et a finalement été capable de s’auto-organiser (grâce aux principes de jeu de l’entraîneur) pour résoudre la situation de jeu.

D’après ces trois exemples, il est clair que quel que soit le club pour lequel il travaille, Guardiola maintiendra ses principes pendant la phase de transition défensive. Plus précisément, l’entraîneur catalan a pu apprendre à son équipe comment interpréter le moment de transition défensive de la même manière. Fait intéressant, Jose Mourinho a dit un jour que son équipe souhaitée « serait celle où, à tout moment, dans une situation donnée, tous les joueurs penseraient de la même manière. C’est mon idée du concept d’équipe et cela n’est possible qu’avec du temps, du travail acharné et du calme » (Mallo, 2015). Bien qu’ils aient l’air différents, Guardiola semble partager la même croyance que Mourinho.

Il faut comprendre qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de jouer au football, mais il y a effectivement une différence entre une équipe organisée et une équipe désorganisée. Comme mentionné précédemment, le « modèle de jeu » de l’entraîneur est façonné par ses croyances et ses expériences personnelles, ainsi que simplement adapté en fonction des caractéristiques du club pour lequel il travaille et des joueurs à sa disposition. Par exemple, lorsque le Werder Brême a joué contre le Bayern de Munich la saison dernière, leur sous-principe de transition défensive dans les 16 mètres semblait être que « lorsque le ballon est perdu, presser immédiatement pour forcer une passe en arrière afin de gagner du temps pour que l’équipe puisse se retirer et se positionner au milieu en un bloc défensif ».

Le football est un jeu complexe et c’est à l’entraîneur d’essayer de réduire cette difficulté qui existe en apprenant à son équipe d’interpréter le jeu de la même manière. Fait intéressant, lorsque Guardiola a été interrogé sur le fait que Leicester City avait remporté la PL avec presque aucune possession, il a répondu : « C’est pourquoi le football est incroyable. Alors un grand bravo à Leicester parce que son manager a grandi en Italie et je le connais, alors c’est parfait. Il fait ce qu’il croit. Mais je crois en ce que je crois et j’essaie de faire en sorte que mon équipe joue comme je le veux ».

https://www.togsoccer.com/single-post/2016/09/21/Complex-Systems-Pep- Guardiola-Case-Study

Merci pour votre lecture.

Brett Uttley

Références :

Mallo, J. (2015). Complex Football. Topprosoccer S.L.
Tamarit, X. (2014). What is Tactical Periodization? Bennion Kearny Limited.

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Ask for more information